25 morts dans des affrontements dans l’est du pays, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme

Vingt-cinq personnes ont été tuées lors d’affrontements entre les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes, et des combattants fidèles au régime de Bachar Al-Assad dans une localité arabe de l’est de la Syrie, a annoncé, mardi 26 septembre, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Les FDS (une coalition soutenue par les Etats-Unis) ont annoncé mardi avoir « chassé les hommes armés du régime qui s’étaient infiltrés dans la localité de Dheibane », dans la province de Deir ez-Zor.

Au début de septembre, des affrontements entre les FDS, dominées par les Kurdes, et des combattants de tribus locales arabes dans cette région avaient fait 90 morts en une dizaine de jours.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Dans le nord-est de la Syrie, des tribus arabes se rebellent contre la domination des forces kurdes

Des affrontements jusqu’à l’aube

Selon l’OSDH, les affrontements qui ont éclaté lundi et se sont poursuivis jusqu’à l’aube mardi ont fait 21 morts dans les rangs des combattants du régime, et trois du côté des FDS. Une femme a également été tuée. La province à majorité arabe de Deir ez-Zor est traversée par l’Euphrate, qui marque la frontière entre les zones tenues par le régime de Bachar Al-Assad et celles contrôlées par les FDS.

D’après l’ONG sise au Royaume-Uni mais qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie, « des combattants pro-régime se sont infiltrés lundi dans les zones sous contrôle des FDS en traversant l’Euphrate et des affrontements les ont opposés ».

Dans un communiqué, les FDS ont accusé les hommes armés de s’être infiltrés à partir de la rive ouest de l’Euphrate « sous la couverture de bombardements aveugles » depuis les zones tenues par le régime.

Les FDS ont été le fer de lance de l’offensive qui a défait l’Etat islamique en Syrie, en 2019, et jouissent toujours de l’appui de Washington. Elles contrôlent une zone semi-autonome kurde dans le nord-est du pays, y compris des pans entiers de la province de Deir ez-Zor, riche en pétrole, où les forces américaines sont déployées.

Le Monde avec AFP