ce que l’on sait des victimes françaises

Le macabre décompte des morts et des disparus français se poursuit, cinq jours après la violente attaque menée par le Hamas palestinien contre Israël. Devant le Sénat, mercredi 11 octobre, la première ministre, Elisabeth Borne, a évoqué les « dix ressortissants décédés et les dix-huit dont nous sommes sans nouvelles », parmi lesquels « plusieurs enfants (…) probablement enlevés » par l’organisation terroriste. Mercredi soir, la ministre des affaires étrangères, Catherine Colonna, a revu le bilan à la hausse en évoquant, sur Franceinfo, onze décès.

Lire aussi notre direct : En direct, guerre Israël-Hamas : dans la bande de Gaza bombardée, la seule centrale électrique est désormais à l’arrêt

Ces chiffres restent provisoires. Plus de 80 000 Français ou Franco-Israéliens sont enregistrés auprès des services consulaires français en Israël. « Malheureusement, rappelait mardi Mme Colonna, au fur et à mesure que les autorités israéliennes procèdent aux vérifications, à l’identification, le bilan des victimes s’accroît. »

Les autorités françaises ne communiquent qu’au compte-gouttes les informations sur les victimes et les circonstances de leurs décès. Quelques noms sont désormais connus avec certitude, comme celui d’Avidan T., un franco-israélien de 26 ans, qui vivait depuis son enfance en Israël avec ses parents. Le consistoire de Bordeaux, dont la famille était originaire, a confirmé le décès de ce jeune homme. Il faisait partie des 2 000 à 3 500 personnes qui assistaient au festival de musique électronique Universo Paralello, organisé près du kibboutz Réim, dans le désert du Neguev, à trois kilomètres à peine de la frontière avec la bande de Gaza.

Des soldats franco-israéliens parmi les victimes

Prise pour cible par des dizaines de terroristes du Hamas, cette rave party a été le théâtre du pire massacre de l’offensive avec au moins 260 victimes, abattues sur place ou alors qu’elles tentaient de fuir, selon le décompte des secouristes de l’association Zaka. Meyer Habib, député (Les Républicains) de la 8circonscription des Français de l’étranger, a annoncé, mardi, le décès du jeune homme, confirmé ensuite par les autorités françaises.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Guerre Israël-Hamas : comment la rave-party près de Gaza a basculé dans l’horreur

Au moins deux autre Français figurent parmi les victimes du festival samedi. Parmi eux, Naomi N., âgée de 23 ans. Selon des témoignages indirects recueillis par RTL, cette jeune femme originaire de Créteil était partie en Israël rejoindre son fiancé, selon l’un de ses amis interrogé par la radio. Séparée de son conjoint, lui-même blessé, dans la panique de l’évacuation des lieux, elle aurait été tuée en tentant de le rejoindre. L’Agence France-Presse évoque également un jeune homme de 26 ans, Dan B., originaire de Marseille mais installé en Israël depuis son enfance, dont le corps a été identifié mardi soir parmi les victimes, selon le président du Consistoire Israélite de Marseille, Michel Cohen-Tenoudji.

Il vous reste 55.57% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.