les Etats-Unis envoient en Egypte trois avions militaires chargés d’aide humanitaire pour Gaza

Aux Etats-Unis, un homme inculpé après une tentative de meurtre sur trois jeunes Palestiniens

Un quadragénaire a été inculpé lundi dans le Vermont, Etat du nord-est des Etats-Unis, de tentative de meurtre après avoir blessé par balle trois étudiants, possiblement en raison de leur origine palestinienne dans un contexte de hausse des actes racistes aux Etats-Unis depuis le début de la guerre à Gaza.

Cette agression a soulevé l’indignation, le président américain, Joe Biden, se disant « horrifié » dans un communiqué de la Maison Blanche. Le ministre de la justice, Merrick Garland, a annoncé qu’une « enquête était en cours, notamment pour savoir s’il s’agit d’un acte criminel motivé par la haine ».

Le suspect, identifié comme Jason Eaton, 48 ans, a été arrêté tard dimanche après une fouille de son domicile, près duquel les faits avaient eu lieu la veille au soir, a précisé la police de Burlington. Il est soupçonné d’avoir, dans cette ville du Vermont, tiré à quatre reprises avec une arme de poing de calibre 380 sur les trois étudiants, âgés de 20 ans, les atteignant tous les trois.

« L’un d’eux a subi des blessures dont les séquelles pourraient le suivre toute sa vie », a précisé le chef de la police, Jon Murad, lors d’une conférence de presse. Les deux autres avaient été décrits dimanche comme étant dans un « état stable ».

Les trois étudiants, qui passaient les fêtes de Thanksgiving à Burlington, près de la frontière canadienne, marchaient dans la rue en échangeant en anglais et en arabe quand le suspect s’est présenté devant eux, sans parler, et a ouvert le feu avant de prendre la fuite, a expliqué M. Murad. Deux victimes portaient un keffieh, le foulard traditionnel palestinien. Deux d’entre elles ont la nationalité américaine et la troisième réside légalement aux Etats-Unis, d’après les autorités.

Le suspect a été maintenu en détention sans possibilité de libération sous caution, selon la presse américaine. « Bien que nous n’ayons pas encore de preuve pour dire qu’il s’agit d’un crime motivé par la haine, il est très clair que nous avons affaire à un acte haineux », a souligné la procureure locale, Sarah George.

Aux Etats-Unis, un crime motivé par la haine désigne un acte contre une personne ciblée en raison de certaines caractéristiques de son identité comme l’ethnicité, la religion, la nationalité, l’orientation sexuelle ou un handicap.

Dans un communiqué commun, les familles des victimes ont estimé lundi que l’enquête « montrera vraisemblablement que [leurs] fils ont été ciblés et attaqués juste parce qu’ils sont Palestiniens ». Selon elles, une « rhétorique haineuse » véhiculée « dans les médias américains et même par des élus parmi les plus importants du pays » a contribué à créer un « environnement de racisme et de violence accrus envers les Palestiniens et les Arabes ».