trois partisans de Bolsonaro condamnés lors d’un deuxième procès

La Cour suprême du Brésil a condamné à de lourdes peines, lundi 2 octobre, trois partisans de l’ex-président d’extrême droite Jair Bolsonaro pour tentative de coup d’Etat lors des émeutes de Brasilia en janvier.

Au terme d’un procès d’une semaine devant les onze juges du Tribunal suprême fédéral, Moacir José dos Santos, 52 ans, a été condamné à dix-sept ans de prison. Joao Giffoni, 26 ans, et Davis Baek, 42 ans, ont pour leur part été condamnés à douze et quatorze ans de prison respectivement. La Cour a également condamné les trois accusés à une amende de 30 millions de reais (5,7 millions d’euros) chacun.

Le 8 janvier 2022, une semaine après l’investiture du président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, des milliers de personnes refusant d’accepter son élection face à Jair Bolsonaro avaient déferlé sur l’emblématique place des Trois pouvoirs à Brasilia, cœur de la démocratie brésilienne.

Les manifestants avaient envahi le palais présidentiel, le Parlement et la Cour suprême, dans des scènes qui ont rappelé l’assaut du Capitole à Washington par des partisans de Donald Trump, le 6 janvier 2021. Les dégâts avaient été considérables, avec la destruction d’œuvres d’art d’une valeur inestimable dans les bâtiments futuristes dessinés par l’architecte Oscar Niemeyer.

Le juge rapporteur, Alexandre de Moraes, a estimé que Moacir José dos Santos faisait partie d’un « groupe criminel » qui cherchait « la rupture institutionnelle au moyen d’un coup d’Etat, d’une intervention militaire et de la fin de l’Etat de droit démocratique ». L’accusé a été condamné pour l’ensemble des crimes qui lui étaient reprochés, dont ceux de « coup d’Etat » et d’« abolition violente de l’Etat de droit démocratique ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Alexandre de Moraes, un juge intraitable aux trousses de Jair Bolsonaro

En septembre, lors du premier procès des émeutes, trois autres personnes avaient été condamnées à des peines allant de quatorze à dix-sept ans de prison.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Au Brésil, lourdes peines pour les émeutiers bolsonaristes du 8 janvier

Au total, le parquet brésilien a déjà engagé des poursuites contre 232 personnes et les investigations continuent pour démasquer les « cerveaux » du complot et déterminer les responsabilités au sein de la police et de l’armée. Jair Bolsonaro, qui se trouvait aux Etats-Unis le 8 janvier, est sous le coup d’une enquête visant à découvrir s’il a joué un rôle d’instigateur des violences. Il nie catégoriquement toute implication.

Lire aussi le récit : Article réservé à nos abonnés Du Brésil à la Floride, le crépuscule de Jair Bolsonaro

Le Monde avec AFP